Programmation des besoins et circularité

Le début d’un projet est une étape excitante et importante : le moment où tout est encore possible, où tout peut être envisagé !

C’est le moment de mettre sur papier les ambitions et les besoins auxquels le projet doit répondre. De se poser les bonnes questions sur les objectifs du projet, sur les niveaux des différents curseurs : de la conformité aux normes à l’exemplarité.

La rédaction d’un programme des besoins est une étape cruciale et fondatrice d’un projet.

Un programme des besoins, c’est quoi ?

Le programme des besoins est l’expression des besoins et des objectifs du maître de l’ouvrage pour son projet immobilier. Il définit les services que le futur bâtiment devra rendre à ses utilisateurs et les performances (techniques, environnementales, sociétales, …) visées.

La programmation est une étape durant laquelle le maître de l’ouvrage prend le temps de réfléchir d’une part, à l’adéquation de son environnement physique avec son mode de fonctionnement et, d’autre part, d’envisager, en se projetant dans le futur, un environnement qui conviendrait le mieux à l’évolution de ses besoins en corrélation avec celle de la société.

En effet, le développement d’un projet immobilier nécessite plusieurs années, de son initiation à la première utilisation du bâtiment livré, compte tenu de toutes les étapes et procédures (passation de marchés, instruction des permis, conception et réalisation). Il invite donc à un travail prospectif.

En premier lieu, il est indispensable de définir avec la direction du maître de l’ouvrage les principales lignes directrices et les priorités du projet. Ensuite, survient l’étape de collecte des besoins auprès de divers utilisateurs représentatifs. Une fois le préprogramme défini, il est soumis à un contrôle de faisabilité au regard des contraintes applicables. Cette étape permet de confirmer ou modifier les hypothèses de travail et d’enfin rédiger le programme détaillé final.

Les besoins s’expriment en termes de fonctions, espaces, capacité, surfaces, relations fonctionnelles et performances (énergie, circularité, CO2, confort climatique, visuel etc.)

Le programme sert alors, tout au long du projet, de balise, de référentiel et d’outil de communication avec les auteurs de projet.

Il est important de préciser que le programme exprime des besoins et ne définit pas les solutions techniques et architecturales. Celles-ci sont à concevoir par les auteurs de projet.

Comment promouvoir la circularité via la programmation des besoins ?

Le programmiste est un acteur clé pour stimuler des ambitions environnementales fortes auprès des maîtres de l’ouvrage. Il porte lui aussi sa part de responsabilité sociétale et, en cela, a le devoir d’éclairer et de challenger les décideurs.

On ne peut faire l’économie d’aborder les sujets environnementaux dans les priorités et les lignes directrices du projet.

Ces 15 dernières années, ces préoccupations se sont principalement exprimées en termes de performances énergétiques.

Aujourd’hui, les enjeux de durabilité (climatiques, sociétaux, économiques) imposent notamment un véritable changement de paradigme, d’un modèle économique linéaire à un modèle circulaire.

Au vu de son impact environnemental, le secteur de la construction a une responsabilité importante à assumer… et une opportunité formidable à saisir !

Le programme est le moyen d’exprimer les ambitions du maître de l’ouvrage dans les lignes directrices du projet et de les décliner en principes de conception et construction circulaires applicables au projet dans son ensemble : adaptabilité, réversibilité, désassemblage, gestion des ressources sortantes, réemploi, sourçage des matériaux, implémentation de passeports matériaux…

Il est également pertinent de choisir une méthode de mesure du niveau de la circularité adaptée aux priorités du maître de l’ouvrage (ex : approche globale ou ciblée sur les matériaux). Le programme des besoins, en tant que référentiel, est un des instruments qui permet, tout au long de la vie du projet, de comparer les solutions techniques et architecturales proposées par les auteurs de projet aux exigences du maître de l’ouvrage et d’en vérifier la concordance et la pertinence.

Opportunité 

Le secteur de la construction connait un autre bouleversement : la digitalisation et la transformation de ses processus à travers le BIM. Le développement de la circularité dans le secteur de la construction va pouvoir en bénéficier notamment par la puissance de la mise en relation de données digitales relatives aux matériaux, systèmes et éléments de (dé)construction.

La conjonction de ces deux phénomènes nous permet de croire en un développement rapide qui nous enthousiasme.

Auteure : Amélie Zoppé, Project Manager chez AT Osborne

Lisez aussi : L’économie sociale réunit des partenaires autour de la durabilitéLes isolants biosourcés : un marché d’avenir pour les entreprises de rénovationLes installations techniques, le parent pauvre de l’économie circulaire ?Certificat Covid Safe : Début de solution avec les ingénieurs et architectes ?